Conférences

La parution de l’ouvrage de Joachim Meyer en 1570, imprimé chez Thiebolt Berger place du Vieux marché aux Vins n’a eu d’échos notables à Strasbourg même. Il n’y a pas même un seul exemplaire conservé dans les différents fonds patrimoniaux de la ville, et un seul en Alsace, à la bibliothèque Humaniste de Sélestat.

Il dénote cependant radicalement de l’importante production livresque pour la période : en premier lieu, l’escrime est une matière encore très peu abordée par les imprimeurs allemands, et ce malgré l’existence d’une grande tradition de manuscrits dédiés à cette matière. En second lieu l’usage de gravures est commun, mais celles employées sont d’une rare qualité, et agencées de manières originale et astucieuse pour économiser certes de l’espace, mais aussi tenter d’éclairer le mouvement décrit par des mots avec des postures figées. Enfin le contenu allie la tradition des armes chevaleresques de la fin du moyen âge (dague, épée à deux mains, bâton), des armes de guerres utilisées en duel, ce qui paraît au premier abord être un contre-emploi (hallebarde, grande pique) et modernité avec la rapière et le poignard.

L’objet de cette conférence est d’explorer les thématiques se dégageant de cet imprimé : la culture martiale dans l’espace Germanique en général et à Strasbourg en particulier, l’intégration des jeux sportifs dans la société, les influences réciproques entre espace militaire et culture de l’escrime, la sociologie des escrimeurs et des maîtres d’arme, la représentation du geste et du mouvement, et d’autres encore.

Les conférences se tiendront le jeudi 20 février 2020, exclusivement en français.
Elle seront suivies d’une demi-journée de table ronde le vendredi matin 21 février, en français ou en anglais.